Le Hockey, Projet Rassembleur pour Québec

Le Hockey, projet rassembleur pour la ville de Québec.

Comme passionné de notre sport national, je déplore l’inaction de notre communauté d’affaires et l’immobilisme de nos gouvernements pour réanimer le dossier du hockey de la LNH ici à Québec.

Certains disent qu’il y a un manque d’argent à Québec. Je conteste cette affirmation avec vigueur. Il y a maintenant des douzaines de firmes privées à Québec qui compte plus de 300-500 employées et qui sont en pleine expansion.

On a juste à penser à EXFO, ABB Bomem, Leclerc, Équipement Labrie, Glaxo-Smith/Kline, Alex Coulombe, Tanguay, Beshro, Roussin, etc.…

Ces gens ont de l’argent. Ils attendent seulement que quelqu’un se présente comme promoteur pour rassembler tout le monde autour de la bannière commune du sport professionnel.

On nous a déjà dit que Québec avait besoin de plus de culture et moins de sport. Je dois nuancer sur ce sujet. Au CEGEP, en sociologie, on nous apprend qu’il y a la haute culture et la culture populaire. La haute culture c’est comme le Musée des Beaux Arts, Musée de la Civilisation, l’Orchestre Symphonique, ou l’Opéra de Québec. Dans ce cas, nous sommes bien desservis.

Tandis que la culture populaire c’est plus comme des équipes de sport professionnel, comme les Nordiques de Québec, ou les Capitales. À ce niveau-là, nous avons un grand manque de culture populaire à Québec, quelque chose pour M. et Mme tout le monde. Et le hockey c’est le produit de culture populaire de choix pour tout le monde partout au Canada, surtout au Québec.

Je pense, ainsi, que la construction d’un nouveau Colisée pourrait être un excellent projet rassembleur qui pourrait transcende quasiment tout les clivages socio-économiques, de haute ville/basse ville, souverainiste/fédéraliste, anglophone/francophone, homme/femme, etc., pour nous rallier autour du drapeau commun du sport.

Le Baron de Coubertin a eu raison quand il a réanimé l’idée des olympiques modernes en 1896. Le monde se dirigeait vers une guerre sanglante, avec une course aux armes effrénées. Dommage que plus de personnes n’ai pas écouté le message de paix et de camaraderie humaine incarné par les olympiques.

Nous avons encore l’opportunité de continué l’oeuvre du Baron de Coubertin en nous ralliant autour d’un projet rassembleur noble et honorable, ou l’agressivité et la compétitivité humaine est canalisé d’une façon contrôlée et réglementée, ou les règles du jeu doivent être respecté.

Comme l’émission de télévision du même nom le dit, apprendre à jouer ‘Francs Jeux » est une façon pour nous, et surtout pour nos enfants, d’apprendre comment bien vivre, et de respecté, soit même, ainsi que respecté, autrui.

Avoir un club professionnel à Québec peu servir à nos jeunes comme but ultime d’atteindre comme athlète; quelqu’un ayant travaillé fort dans ses études et dans sa vocation d’athlète peu ainsi espérer de jouer un jour à Québec et être un modèle de réussite et de comportement discipliner pour ses paires et pour la génération qui vient après lui.

Espérons que la classe d’affaire émergente de Québec, et nos gouvernements entendront l’appel du Clarion pour nous rassembler tous autour du drapeau commun du hockey à Québec : la future viabilité de notre Capitale nationale y dépend.

Peter Stuart

Advertisements
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: