CAUSE LIBÉRALE-1

LA CAUSE LIBÉRALE : PATRIE ET PAYS, QUÉBEC ET LA FÉDÉRATION.

La cause libérale canadienne est fondée sur plusieurs piliers et chacun d’eux comporte à la fois un rapport avec l’individu et avec la communauté. Nous militons pour une cause qui se donne comme priorité la liberté de l’individu au sein de la société. Nous croyons également dans l’engagement social, c’est-à-dire le fait que chaque citoyen s’implique d’une façon ou d’une autre pour le mieux-être de sa communauté. Une autre de nos valeurs consiste dans le droit de l’individu d’être bien encadré par son gouvernement et de recevoir des services publics de bonne qualité. Après tout, il importe au gouvernement, élu en bonne et due forme au suffrage universel, de veiller aux besoins manifestés par les citoyens.

Par ailleurs, nous croyons dans le capitalisme et la création de la richesse. Cette richesse devrait être redistribuée par le gouvernement en utilisant les leviers fiscaux que l’État s’est donnés au fil des ans. Entres autres, il revient à un gouvernement de prélever une ponction fiscale juste et équitable dans tous les secteurs de la société afin d’être en mesure de fournir les biens et les services dont la population a besoin. À cette fin, il importe à un gouvernement de fournir un climat social propice à l’investissement et à la croissance économique. Enfin, en tant que libéraux canadiens, nous croyons dans l’initiative personnelle, et en particulier dans l’esprit de l’entrepreneuriat qui s’exprime et s’articule dans le respect de nos milieux de vie et de nos richesses naturelles, qui représentent les conditions susceptibles de nous aider à nous développer.

Voilà les principaux éléments du grand projet de la société libérale élaborée par les Pères de la Confédération. Je vous invite aujourd’hui à y participer, à le partager, à le protéger et à le construire, et ce, en restant fidèle à la devise de notre Confédération canadienne, d’un océan à l’autre : ‘A Mari Usque ad Mare’.

Le Canada est un pays capable de transcender les concepts de race, de langue, de culture, de milieu socio-économique ou de religion. Cette capacité était présente dès le départ, c’est-à-dire dans le projet de société que les Pères de la Confédération ont envisagé en 1867. C’est précisément ce projet que nous sommes sur le point de réaliser après toutes ces années de déchirures, de conflits et de bouleversements.

Ce projet, c’est d’abord un partenariat entre plusieurs peuples, né dans le sang et la souffrance de la guerre sur les Plaines d’Abraham. Au terme de cette bataille, il y avait une véritable opportunité pour nos peuples de se connaître, de se reconnaître, de se respecter, de se côtoyer, de se pardonner et de s’aimer les uns les autres. En d’autres mots, une opportunité de montrer au monde entier ce que des peuples différents (anglophones, francophones, autochtones, allophones) peuvent réaliser lorsqu’ils décident de mettre derrière eux les déchirures et les conflits du passé : marcher ensemble, main dans la main, afin de bâtir un avenir meilleur pour tous les membres de la société.

Il y a un passage dans notre hymne national qui stipule que le Canada « protègera nos foyers et nos droits ». Voilà de quelle façon on pourrait résumer le pacte canadien élaboré par les Pères de la Confédération. Avec ce pacte, nous avons donné notre consentement à participer à ce grand projet de société pancanadien, et ce, à condition que nos foyers et nos droits soient protégés par l’État canadien. Ce pacte constitue le fondement d’une certaine dualité constitutionnelle dont la source se trouve dans l’Acte du Québec. C’est à ce moment-là, en effet, que la Couronne a réalisé les premières démarches visant à assurer une certaine protection aux canadiens-français, et ce, en attendant de légiférer d’une façon plus spécifique. Lorsque l’on examine les grands jalons historiques qui ont marqué par la suite l’évolution de notre Constitution, du passage de l’acte constitutionnel de 1791 jusqu’à nos jours en passant par la Confédération de 1867, on constate la permanence d’une certaine dualité juridico-légale sous une forme ou sous une autre. Ce qu’ils nous restent maintenant à réaliser, c’est de concrétiser cette dualité en abordant une fois pour toutes la question des droits collectifs.

En fait, on ne peut pas dire que le ciel nous tomberait nécessairement sur la tête demain matin dans l’éventualité où le Québec se voyait octroyer un droit collectif par le biais d’une clause dérogatoire dans la constitution fédérale. Un tel octroi aurait simplement comme effet d’assurer un meilleur équilibre dans notre constitution qui, selon moi, est beaucoup trop axée sur la défense et la promotion des droits et libertés de l’individu.

Il convient de se rappeler ici que la Charte canadienne du Premier ministre Trudeau fut appliquée de telle sorte qu’il était hors de question d’assurer la protection des droits collectifs, et ce, pour qui que ce soit.  Ceci fut malgré le fait que ce même précédent soit établit dans cette même Charte dans le cas des autochtonnes quand le gouvernement canadien en a reconnu une forme de droit collectif en enchassant la reconnaissance traditionnel des droit autochtonnes par l’inclusion de la Proclamation Royale de 1763 dans la Charte, qui fut une forme essentielle de reconnaissance de droit collective. Alors un précédent est déja établit. Pour monsieur Trudeau, cette notion de « droits collectifs » évoquait alors l’époque des nationalismes ethniques des années 1930-40 au cours de laquelle toutes sortes d’atrocités furent commises, et ce, sur la base des droits collectifs ou du nationalisme ethnique. On a qu’à penser, à titre d’exemple, à tout ce que les nazis ont pu commettre lors de la Deuxième Guerre mondiale. Cela dit, il est évident que le Québec et l’ensemble de la fédération canadienne ont évolué avec le temps et que ce spectre redouté des « droits collectifs » ne nous hante plus comme avant.

C’est pourquoi je vous invite, tous et toutes, à venir me rejoindre afin de bâtir une meilleure conjoncture politico-économique en favorisant le tissage de partenariats entre gens d’affaires de tous les milieux : québécois, canadien-anglais, autochtones et allophones. Ça nous prend des artistes, des gens capables de bâtir des réseaux de relations interpersonnelles solides, fondés sur un très fort lien de confiance. Un organisme n’est en santé et efficace que dans la mesure où les parties qui le constituent sont solidement reliées entre elles. Or, pour assurer ces liens solides entre nos communautés, il est alors nécessaire que des artistes et des bâtisseurs d’entreprises se manifestent et apportent leur contribution à cette fin.

Année après année, le Carnaval de Québec m’offre une opportunité hors du commun : celle de participer à cette rencontre de communautés alors que les gens de Calgary se présentent dans la vieille capitale avec leurs chapeaux de cowboys et leurs BBQ pour nous préparer en plein-air des steaks et des crêpes. Malgré tous ces conflits et bouleversements qui ont marqué les relations entre le Québec et les autres provinces canadiennes, et dont nous avons fait état plus haut, il faut se réjouir de voir durer dans le temps ces liens d’amitié entre les communautés de Calgary et de Québec. Il faut vraiment voir dans ces liens d’amitié dont nous sommes témoins année après année de bonnes raisons de rester positifs !

Je tiens, finalement, à vous remercier pour votre attention et l’ouverture d’esprit que vous avez manifesté envers mes idées. Comme les membres du groupe rock The Who l’ont si bien dit en 1971 : “…as people assemble, civilization is trying to find a new way to die…”

Au fond, nous ne sommes pas tenus de jouer les mêmes scénarios que nos parents et grands-parents ont déjà joués. Il convient bien mieux d’aller de l’avant avec un projet de société pancanadien axé sur la réconciliation, le respect pour autrui, la fraternité et surtout, la coexistence pacifique entre communautés au sein d’un seul état nation.

Vive la Patrie ! Vive la Fédération !

Oct 15, 2007 1 h 23
Revised December 31, 2007, 20 h 18.
Revised again, Nov. 6, 2008, 16 h 20. Revised again, Feb. 14, 2010

Advertisements
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: