CONQUÈTE/DIALOGUE

CONQUÊTE, OU DÉBUT D’UN DIALOGUE?

Suite à la polémique récente dans la presse écrite autour de la volonté de la Commission des champs de bataille nationaux de marquer le 250e anniversaire de la bataille des Plaines d’Abraham en 2009, il me vient à l’esprit quelques réflexions.

D’abord, comme d’habitude, l’intelligentsia souverainiste semble avoir raté la cible avec sa critique stérile et son appel à annuler le tout.

Cet événement fut un jalon important dans l’évolution de notre Nation et de notre Fédération. Ce fait vécu incontestable doit être recréé avec le plus d’authenticité possible pour préserver et honorer la mémoire des combattants qui y ont participé et qui ont laissé leur vie au champ d’honneur.

L’histoire progresse et le métissage des cultures avance à grand pas. Beaucoup de Québécois se considèrent maintenant autant Québécois que Canadiens, la Nation québécoise étant issue de la race canadienne après tout. Et peu importe leur sentiment d’appartenance, la plupart des Québécois et Québécoises tiennent maintenant pour acquis que cette violente déflagration humaine qui a eu lieu il y a maintenant bientôt 250 ans ne fut ni une victoire anglaise, ni une défaite française, mais plutôt le début d’un dialogue entre deux des plus grands groupes de peuples de cette planète : les peuples de langue anglaise et les peuples de langue française. Et que c’est effectivement le destin qui veut que ce dialogue se poursuive dans le contexte d’une union fédérale « a mari usque ad mare », d’un océan à l’autre.

Ce dialogue a commencé aussitôt que la poussière eut retombé sur le champ d’honneur, et que les Ursulines prirent en pitié les soldats Highlanders écossais, venus au Canada en kilt, et sans sous-vêtements, évitant ici pour eux le pire au cours de ce premier hiver dans leur nouveau pays d’accueil! Parlons d’accommodement raisonnable!

Et l’histoire de la terre de nos aïeux continua jusqu’à la Confédération, quand la grande coalition Baldwin-Lafontaine conçut l’embryon de l’accommodement d’élite qui deviendrait la Confédération. Et notre histoire continue…..

Car je me souviens que né sous le lys de la France, j’ai grandis sous la rose d’Angleterre, et que c’est sous la feuille d’érable que notre psychisme collectif fut enfin réconcilié avec nos compatriotes anglophones, allophones et autochtones.

Vive la Patrie, vive la Fédération!!!!

Peter Stuart

Advertisements
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: