NOTRE PROJET DE SOCIÉTÉ

Notre projet de société pancanadien
à l’échelle internationale

Les médias du Québec, et parfois même ceux que l’on retrouve dans les autres provinces canadiennes, se questionnent souvent sur la légitimité du rôle du Canada sur la scène internationale, et ce, principalement sur le plan militaire. Loin de vouloir préconiser une politique impérialiste, le Canada a néanmoins la responsabilité morale de défendre et de promouvoir son projet de société non seulement sur le plan domestique, mais également à l’étranger.

Depuis des siècles, le Canada a été un pays commerçant, habituellement à la périphérie d’un empire ou d’un autre : Français, Anglais et maintenant Américain. Dans ce contexte, il importe alors de nous tailler une place au sein de cette Pax Americana fondée sur l’autonomie, l’honneur et le respect. Une Pax Americana qui, à mon humble avis, est en train de se transformer en quelque chose de radicalement différent de la situation qui prévalait à l’époque de la Guerre Froide.

Ce que les pacifistes ne sont pas capable d’accepter, ou refusent de voir d’un œil pragmatique, c’est que le contrôle du commerce international détermine et a même toujours déterminé, selon moi, les modalités de la mise en œuvre des projets de société sur les plans politique, culturel, linguistique, religieux, social et moral. En d’autres mots, les gens qui contrôlent le commerce international ont le pouvoir de déterminer les modalités et les structures des sociétés sur ces différents plans. Il s’agit là, à mon avis, d’une réalité incontournable. Même U2, le fameux groupe de musiciens Irlandais, s’est exprimé de la façon suivante dans une chanson intitulée New Year’s Day: «So they say, this is the golden age, and gold is the reason, for the wars we wage.»

Certes, nous n’aimons peut-être pas ce constat de la realpolitik… Mais ce constat n’en demeure pas moins vrai. Dans cette perspective, le Canada devrait donc s’assurer d’être présent avec ses troupes et ses diplomates sur la scène internationale afin, précisément, de promouvoir SA vision d’une économie mixte dans laquelle l’initiative individuelle est bien encadrée par des préoccupations d’ordre social. Une économie mixte qui permet d’atténuer les aspects les plus néfastes du néo-libéralisme en s’assurant qu’il y a des fonds publics en quantité suffisante pour le maintien des services essentiels à la communauté : santé, éducation, services sociaux, environnement, etc. Par la promotion de SA vision d’une économie mixte, le Canada pourrait ainsi éviter aux pays dans lesquels il intervient de se faire dévorer par les vautours de la haute finance mondiale.

Plus que jamais, notre planète a besoin d’un pays comme le Canada. N’hésitons pas à appuyer nos soldats et nos leaders dans leur quête pour des solutions viables aux problèmes de toutes sortes avec lesquels doivent composer des pays tels que l’Afghanistan et Haïti, pour ne nommer que ceux-là. Des solutions viables fondées sur nos valeurs et susceptibles de contribuer à l’avènement de véritables changements dans la vie de millions de personnes dans ces pays.

Par exemple, en Afghanistan, des jeunes filles et de jeunes garçons vont se rendre à l’école pour la première fois de leur vie. Des cultivateurs Afghans pourront peut-être, un jour, être libérés de l’esclavage terrible de la dépendance à la culture des fleurs de pavot utilisées dans la production de l’opium. Des citoyens Afghans auront bientôt accès à de l’eau potable, à un médecin ou à une infirmière. Et surtout, ces citoyens auront le droit, comme il en est question dans la section 7 de la Charte canadienne des droits et libertés de la personne, « … à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne… ». Voilà autant de droits fondamentaux auxquels ils n’ont pas accès présentement en raison de la situation chaotique qui prévaut encore dans ce pays. Les talibans, en effet, demeurent carrément hostiles à notre projet de société et à celui qui prévaut de nos jours dans la plupart des pays occidentaux. Voilà pourquoi il importe d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés dans le cadre de cette mission en Afghanistan et de continuer à faire valoir leur pertinence en dépit des difficultés rencontrées quotidiennement sur le terrain.

En d’autres mots, la mission en Afghanistan représente pour le Canada une opportunité en or pour réaliser son potentiel en tant que puissance intermédiaire à l’échelle internationale. De ce point de vue, il ne convient donc pas de se laisser distraire par le doute ou les protestations de ceux et celles qui voudraient nous empêcher de réaliser ce plein potentiel.

Peter Stuart
Membre du Parti Libéral du Canada (Québec)

Advertisements
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: