SOUPE POPULAIRE

NOUVEAU ST-ROCH :
«SOUPE POPULAIRE À LA QUÊTE D’UNE ÂME»

En montant la côte d’Abraham l’autre jour, je suivais un autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC). Le panneau de publicité qui se trouvait à l’arrière de cet autobus était consacré au Nouveau St-Roch. On y trouvait, plus précisément, un slogan publicitaire présentant un jeu de mots tout simplement « génial »: «Nos soupes sont très populaires». Quelques minutes plus tard, ce jour-là, j’ai vu sur un autre autobus du RTC un slogan du même genre qui référait, de son côté, «À la quête de… » Je ne sais plus trop quoi… «À la quête de bons achats », il me semble.

Mais peu importe… J’ai été profondément offusqué par le ton définitivement «baveux » de cette campagne publicitaire du Nouveau St-Roch. Dans ce slogan, en effet, on ose faire référence au problème croissant de l’inégalité dans les rapports de force entre deux classes de citoyens. D’une part, les habitants peu fortunés du quartier de St-Roch, qui doivent fréquenter les soupes populaire et quêter dans la rue. Et, d’autre part, la classe des promoteurs qui sont en train d’évincer ces pauvres gens de leur quartier pour les remplacer par des consommateurs mieux nantis financièrement, et donc capables de fréquenter les restaurants populaires et d’acheter des objets de luxe pour meubler leurs condos qui se font de plus en plus nombreux dans ce quartier.

En fait, on ne viendra pas à bout des problèmes inhérents à la pauvreté dans le quartier St-Roch en obligeant ses citoyens les moins bien nantis à déménager vers les quartiers limitrophes, soit St-Sauveur et Limoilou. En continuant de procéder ainsi, en effet, on ne fera que déplacer ces différents problèmes en d’autres lieux de la ville : analphabétisme, alcoolisme, toxicomanie, prostitution, jeu, violence, etc.

Messieurs Labeaume, Charest et Harper, êtes-vous conscients de ce qui se passe de nos jours dans la basse-ville de Québec? Malheureusement, il semble bien que l’on est encore en train de résoudre des problèmes sociaux en les balayant sous le tapis. Comme l’affirme si bien le groupe Metallica dans l’une de ses chansons : «Sad but true». Cela dit, il convient de se rappeler que nous serons jugés, ici et dans l’après-vie, en fonction de ce que nous aurons fait pour nos concitoyens les plus vulnérables. Encore là, le groupe Metallica a l’expression qui convient pour résumer la situation: «The man who dies with the most toys, still dies.»

Finalement, si les spécialistes du marketing du Nouveau St-Roch étaient capables de montrer une véritable conscience sociale, peut-être deviendraient-ils moins baveux et partiraient-ils «à la quête» de vraies solutions «populaires» pour ces problèmes sociaux. En pareil cas, il me semble que j’aurais alors de bonnes raisons pour manger de cette soupe-là!

Advertisements
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: