VALEURS SÛRES

Des valeurs sûres et solides comme de la Pierre.

Avec un nouveau ministre de la santé, beaucoup se questionnent sur ce que fera Yves Bolduc avec le dossier très épineux de la santé.

Toyota vante à la radio que M. Bolduc préconise pour le système de santé québécois le même modèle de gestion que celui de leur compagnie. Soi-disant à cause de l’importance que les deux accordent à l’efficacité et au respect de l’individu.

Pourtant, à une autre époque, et bien que les institutions de santé fussent peut-être moins bien équipées en matériel à la fine pointe de la technologie, les communautés religieuses ont géré le système de santé québécois presque sans aucun déficit et ont toujours pu donner des soins adéquats aux malades dans des circonstances parfois très difficiles (guerre, épidémie, incendie, etc.).

Tout d’un coup, en 1960, la Révolution tranquille est apparue, et on a rapidement tassé les religieuses des conseils d’administrations des hôpitaux, en les remplaçant par une foule de technocrates avec diplômes et connaissances en gestion. Le résultat, 50 ans plus tard, c’est un système de santé au bord de la faillite, des hôpitaux avec d’immenses déficits, une pénurie flagrante de médecins, d’infirmières, de technologues, etc.

Mais ces savants gestionnaires sont encore là. On a même l’impression qu’il y a de plus en plus de chefs et de moins en moins d’Indiens alors que le système s’effrite et qu’expert après expert se penche sur le patient.

On parle de plus en plus au Québec du transfert de connaissances : il est urgent, dit-on, que les plus anciens transmettent aux plus jeunes leurs connaissances de travail avant de quitter ce monde. Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons garantir notre survivance en tant que peuple, renchérit-on. Peut-être M. Bolduc devrait-il aller cogner aux portes des petites bonnes sœurs de tout acabit avant que celles-ci ne soient toutes montées au ciel, emportant avec elles les secrets de la saine gestion du système de santé.

L’Église catholique romaine n’a pas survécu pendant 2000 ans avec un mauvais modèle de gestion. Le Christ lui-même a dit à saint Pierre : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et la Puissance de la Mort n’aura pas de force contre elle. Et moi je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps. »

M. Bolduc, je pense qu’il vous incombe non seulement de vous inspirer de modèles de gestion japonais à la mode depuis à peine quelques décennies, mais aussi de valeurs solides et dures comme de la Pierre, une Pierre qui perdure depuis la nuit des temps.

Advertisements
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: