LA FÊTE DU CANADA

LA FÊTE DU CANADA OU LA CONFÉDÉRATION ?
UNE QUESTION D’INTERPRÉTATION, QUOI !

Durant ces belles journées ensoleillées suivant la fête du Canada, laquelle annonce traditionnellement l’arrivée “pour de vrai” des vacances estivales et du beau temps, je n’ai pas pu m’empêcher de me livrer à quelques réflexions sur l’état de “l’État nation” que l’on nomme le Canada.

Je suis allé me faire couper les cheveux le 2 juillet et la coiffeuse m’a posé la question suivante, un peu comme pour briser la glace : « Est-ce que tu as fait quelque chose de spécial “pour la confédération” ? »

Je lui ai répondu “oui”, que je suis allé à l’Hôtel de Ville de Québec pour assister au rituel du drapeau canadien hissé tout en haut de son mât. Or, cette dame semblait un peu surprise de mon dévouement pour le Canada. Ce qui m’a frappé, par contre, c’est comment elle, et la plupart des gens au Québec, utilisent l’expression “la Confédération” pour désigner la Fête du Canada.

Les Québécois considèrent peut-être le Canada comme une vraie confédération. Toutes les anciennes colonies de l’amérique du nord britannique, se sont réunit de leur propre gré pour créer un pays. Ce pays repose sur un système fédéral qui gère leur intérêt, et non pas un système tout-puissant capable d’agir sans tenir compte de leurs besoins, un peu comme ce fut trop souvent le cas avec certains gouvernements lors des soixante premières années de la confédération. Pendant ces années-là, en effet, les dirigeants du gouvernement fédéral adoptaient souvent une attitude hautaine dans le contexte de leurs relations avec les provinces.

Cela dit, n’oublions pas que nous sommes parvenus à surmonter les perturbations et les conflits ayant marqué les relations fédérales-provinciales pendant une bonne partie du 20e siècle. Aujourd’hui, nous sommes peut-être engagés sur la voie d’une véritable confédération. Il s’agit, au fond, de ne pas oublier tous les ravages occasionnés par les diverses formes de nationalisme en Europe et ailleurs dans le monde au cours de ce même 20e siècle. On a qu’à penser, par exemple, aux événements ayant marqué les conflits de 1914-18 et de 1939-45. Certes, on dit que le patriotisme c’est l’amour pour son pays. Mais on dit parfois, également, que le nationalisme c’est le mépris pour le pays de l’autre.

À l’aube d’une saison électorale provinciale quasi certaine pour l’automne qui vient, pensons-y sérieusement lorsque ce sera l’heure de faire nos choix. Est-ce que notre patriotisme nous pousse à vouloir créer notre propre pays en détruisant celui qui existe déjà ? Est-ce que ce type de nationalisme méprise le pays dit “de l’autre” qui, il convient de se le rappeler, est également “le nôtre”, après tout ?

Comme Robert Charlebois l’a si bien dit : “C’pays-là t’appartient”. Certes, on pourrait dire que ce chanteur faisait alors référence uniquement au Québec. Mais on pourrait tout aussi facilement dire que tout le Canada appartient à tous les Québécois, la nation québécoise étant issue du peuple “canadien”, après tout. De ce point de vue, on pourrait dire que nous sommes les premiers “Canadiens” du Canada, après les autochtones bien entendu, et que tout son territoire nous appartient. Nos ancêtres, il convient également de se le rappeler, ont été les premiers à explorer en canot le territoire jusqu’au pied des Rocheuses, soit comme voyageurs, soit comme coureurs des bois.

On l’a défriché ce pays-là… Il ne nous reste plus maintenant qu’à le “déchiffrer”. Ce pays-là nous ressemble tous par ses grands espaces et son climat nordique. Mais il nous ressemble aussi par son amour de la démocratie, de la justice et de l’égalité. Il s’agit maintenant de permettre à ce pays-là de nous rassembler, A mari usque ad mare.

Rappelons-nous aujourd’hui que la Confédération canadienne nous a apporté plusieurs bienfaits : la paix, la prospérité, une société basée sur la règle de droit et la primauté du droit, la liberté d’expression et la démocratie parlementaire. Pendant ces belles journées d’été ensoleillées, il est temps de témoigner notre gratitude pour ce que le Créateur nous a légué : le Canada, la confédération qui est propre à “nous”, à “l’autre”, à tout le monde, quoi !

Advertisements
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: